Page d'archive 48

- Confiance -

Voilà.

On m’appelle Emy, j’me surnomme Louéna

Et j’ose pas

Franchir le pas !

L’autre quand il a tord quitte à déplaire

Il ouvre sa gueule et parfois même de travers !

Il pourra me faire des reproches,

Moi, face à lui j’décroche !

J’ai tenté des tas d’choses

Pour que j’ose !

Mais j’ai pas d’assurance,

En moi j’ai pas confiance !

J’crois que j’vais consulter

P’tetre que ça pourra m’aider …

C’est vrai ! J’deviens parano

A force de courber le dos !

Mais ça ne t’empêche pas

De me faire faire n’importe quoi 

Les yeux fermés,

Sans rechigner

Et je sais que tu arriveras au bout des projets

Aux quels tu songeais

Tu vois

J’ai en toi,

Une totale confiance …

Mais t’as pas conscience

De c’que ça représente !

J’espère qu’elle plaisante la psy

Quand elle m’avertie

Qu’au bout du tunnel il y a la trahison !

Parce que ça m’effleure même pas l’imagination !

Y’en a fallu du chemin

Pour t’attraper la main

Parce que j’ai vraiment marché sur des œufs

Avant de t’faire confiance à en fermer les yeux !

J’allais pas facilement te l’accorder,

Fallait bien la mériter !

« Ayez confiance en moi ! »

Mais enfin réfléchi Nicolas !

J’ai déjà du mal de la confier

A un étranger sans me méfier

Si tu crois que c’est facile à faire

C’est plutôt un bras de fer !

Tu valides des lois

A la con alors qu’on perd nos emplois !

Regardes, ton peuple est en pleine rébellion :

Préavis de grève et manifestations !

Alors non, j’ai pas confiance

En la France !

« Sur ma parole Emy,

Cette fille n’est qu’une amie ! »

J’avais en toi une confiance aveugle

Et maintenant tu m’jures que c’est la vérité que tu beugles !

Elle vaut plus rien ta parole,

Pour moi t’es qu’un guignol !

Pourtant au 1er abord tu m’as donné l’air

D’être sincère !

Elle avait raison la psy

On fini tous par être trahi

Sur la confiance on n’a pas d’emprise

Qu’on le sache ou pas, on fini toujours par avoir la surprise !


Alors voilà,

On m’appelle Emy, je me surnomme Louéna,

Et vous ne m’oterez

Jamais de l’idée

Que ce machin là,

Ca vient, ça va !

La preuve : j’ai de la méfiance

Envers la confiance !

Vie de merde 4

“Aujourd’hui, en sortant pour aller bosser, j’met pret de la porte le sac poubelle contenant la litière du chat, trop à la bourre pour le jeter de suite. Le soir en rentrant, j’prend le sac poubelle, et j’marche sur la ficelle qui sert à fermer le sac … le sac se déchire et la quasi totalité de la litière du chat est sur mon paillasson !” VDM …

Ah bah bravo Emy !

 

Vie de merde 3

« Aujourd’hui en sortant du sport, j’passe au resto rapide (pour pas citer de marque) et j’prend mon repas avec une glace le tout à emporter. J’arrive chez moi, après avoir manger le hamburger, j’m'installe sur le canap, PC portable près de moi, j’ouvre ma glace et … VLAN !! Sur le clavier ! » VDM

Distance …

« Aujourd’hui, il est resté toute la journée dans son lit « parce qu’il n’avait rien d’autre à faire ». Le problème est tout autre et  on le sait, du moins je le sais très bien … et je suis impuissnte. » VDM

Il faut savoir prendre de la distance parfois, un peu de recul par rapport aux choses, aux évènements.

Alors oui, j’m'efforce de le faire dans un certain domaine, c’est nécessaire pour ma santé, mon bien être et pour encore grandir. Pas facile …

Parfois j’pense qu’il faut que je prenne du recul par rapport à sa façon d’être pour ne pas être triste. Je me bat déjà avec mes bêtes noires, c’est pas pour me battre avec celle des autres. Mais non, je peux pas mettre une distance là dessus, son bien être est le mien. Comment l’aider alors qu’il refuse toute main tendue ? J’pourrais en avoir rien à foutre, tourner la page en le laissant tomber, même si les jours où mon ciel est gris cette idée m’effleure, je ne peux pas, je ne veux pas lacher !

Comment trouver la bonne distance pour l’aider sans devenir triste à le voir comme ca ?  Comment justement l’aider ? Les sentiments et la bousculade ne marchent pas …

- Tout pour te plaire (suite) -

Mais puisque tu ignores qui je suis,

Les mains pleines de cambouis

Tu répareras tout seul ta voiture,

Tu m’écriras une lettre pleine de rature

Et la tête dans les nuages,

Tu tourneras les pages

D’un annuaire librement en pensant

A tes soucis présents,

Tu reliras mon poème à en perdre la tête

Tu me chercheras sur une autre planète

Sans prendre ton billet retour

Mais toujours, tu te compliqueras la vie

Et de toi s’emparera la folie !

 

C’est alors que tu t’enfui dans ton délire !

Entre ta lettre et moi, plus y a d’espace moins tu respires !

Il te faut de l’oxygène,

T’as la haine !

Et les nuits, tu te demandes qui je suis !

Je suis pourtant partout où tu vas !

Non, non, je ne te délaisse pas !

Il s’accélère ton rythme cardiaque,

Tu craques !

Hélas, je continue de t’aimer pendant que tu te noies dans le rhum.

Et quand je recevrai

Ta lettre raturée,

Contrairement à toi,

Je ne demanderai pas : « Quel est cet homme ? »  

- Tout pour te plaire -

Je réparerai la voiture,
Je t’écrirai des lettres d’amour sans aucune rature.

Dans les moments difficiles, je t’aiderai à tourner les pages
Pour que tu aies de nouveau la tête dans les nuages.
Tu pourras t’évader librement,
Sans penser à tes soucis présents.
Je serai toujours là
Pour toi !
Je t’aime à en perdre la tête,
A en vivre sur une autre planète.
Je t’aime sans attendre mon billet retour
D’amour,
Sans te compliquer la vie
En me faisant petite comme une souris.
Je t’aime à n’en plus finir,
Et entre nous, plus il y a d’espace, moins je respire.
Tu es mon oxygène,
Ma haine,
Mes nuits,
Toute ma vie …
Je te suivrai partout où tu iras
Si tu me laisses là.
Je respire à la vitesse de ton rythme cardiaque,
Alors, si tu pars, je craque.

Hélas, mes sentiments pour toi ne sont que secrets noyés dans mes larmes.
Et quand tu liras ce poème,
Avec tous ces « Je t’aime »
Tu diras : « Mais quel est cette femme ? »

A l’angle de ma rue

Il  y a deux s’maines à l’angle de ma rue, j’y ai croisé la Joie. J’lui ai dit : « Salut toi ! Tu m’as l’air en pleine forme, tu restes avec moi ? » Elle m’a répondu : « Ouai, mais après j’file j’ai plein d’choses à faire, mais j’te promets que je reviendrai. » Même partie, elle est restée un moment en moi, c’était cool quoi !

J’pensais qu’elle resterait pour longtemps encore, mais nan alors, à l’angle de ma rue, je l’ai attendue sans la revoir. Du coup, c’est son pote : l’Espoir qui c’est pointé. Il était là à m’consoler, à m’dire que mon chagrin c’était rien, qu’il fallait être patiente car la Joie elle reviendra. Depuis, c’est lui qui m’attend tout les soirs, j’aimerais bien l’envoyer s’faire voir mais ca s’rait lâcher l’affaire et j’sais très bien que ça va pas l’faire !

Alors réconfortes-moi, Espoir, tu vois bien que j’ai du chagrin ! Celui-là il est pas cool , il t’fout une boule à la gorge et te noie la vue ! J’y vois plus où sont les essuies-glaces ?! Mais la Tristesse prend ta place ! « Vas-y pleures ! Tu pisseras moins ! » Parce qu’en plus, elle se fout d’ma gueule !! Mais tu vois pas comment j’me sens seule ??

Ah oui … comment j’ai pu l’oublier elle ! Oh Solitude ! Tu fous en l’air ma quiétude et me donne des angoisses ! Putain tu fous la poisse ! C’est souvent que j’te maudis et qu’tu m’réponds : « Un être vous manque et tout est dépeuplé. » Ouai, c’est bon, on  l’a connait la chanson ! Et puis t’as pas l’impression de me rendre égoïste ?  « Moi j’veux ceci, moi j’veux cela. » Elle est longue la liste ! Dis, ça t’dirait pas d’aller faire un tour à l’angle de ma rue ? Histoire d’aller voir ailleurs si je suis plus ?!

Sans m’demander l’autorisation, à l’angle de ma rue, elle est revenue avec la Colère. J’lui ai dit un truc qui a pas dû lui plaire du genre : « T’es qui toi pour t’pointer comme ça ? », elle s’est exclamée : « Viens par là, j’vais t’aider à vider ton sac ! » Comme ennivrée, j’me suis laissée emportée et j’ai tout mis à sac. Au final, j’l'ai larguée, j’lui ai dit : « Z’y va dégages ! Avec toi, elles tournent pas les pages, tu m’sers à rien, c’est mon énergie que tu puises ! Regardes c’que tu m’épuises ! »

J’l'ai recroisée un peu après la Madame la Joie, mais elle était qu’autour de moi : « Mon coeur, mon amour » et gnagnagna !! T’aurais quand même pu passer m’voir ! Mais non ! T’as préféré m’laisser avec ton foutu pote l’Espoir. Moi j’dis qu’à force de croire, on fini par être vachement décu, mais il revient toujours … c’est dire qu’il est têtu !

C’est dingue tous les personnages qui peuvent d’un coup vous tomber d’sus à l’angle d’une rue ! Moi j’continue ma route – j’espère pas croiser l’Doute – j’finirai bien par la choper la Joie, et ce jour là, j’l'amadourai jusque chez moi comme un gosse avec des bombecs et rien qu’pour qu’elle s’tire pas, j’claqu’rai la porte d’un coup sec !

J’aimerais …

Faire :

  • de l’équitation,
  • un baptème de l’air,
  • un tour en mongollefier,
  • de la danse de salon,
  • partir en week end ac mon chéri,
  • aller voir une course à l’hippodrome

 

Bon anniv’ !

« De tout et de rien » fête son 100ème article !

Bon anniv’ ! emoticone

Vie de merde 1

Voilà un livre que j’ai découvert grace à un ami, où des personnes y raconte la tranche de vie qui lui a pourri la journée ! Sympa, hein ?! Aller, j’me lance ! Si vous voulez raconter vous aussi, laisser des commentaires ! LACHEZ VOUS ! emoticone

  • Aujourd’hui, j’passe à la caisse du supermarché et finalement, j’décide d’en changer … mon intuition me dit que j’aurais dû rester à la 1ere caisse et … la caissière met un temps fou enregistrer les articles et le gar derrière moi empeste à m’en donner la gerbe !! emoticone
  • Aujourd’hui, j’vais acheter deux trois trucs à Casino … 2 boites de thon, la litière et du sens bon pour le chat, de la confiture et la vache ! 17 € les 4 articles !!!! emoticone
1...4647484950...53

MON GROUPE DE SLAM FACEBOOK :

Sélectionnez le lien, copiez-le :

https://www.facebook.com/groups/Louenaslams/280372088690395/?notif_t=like

Et collez-le dans une nouvelle fenêtre pour pas perdre la page du blog :)

N'hésitez pas ! Demandez à rejoindre le groupe ! Je vous acceuille avec plaisir ! Un clic ne coûte rien ;) Bonne visite !!

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

« C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’on va fermer nos gueules » slamarseille

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meslivrespreferees
| sandys6
| Because the words are my life