Archives pour la catégorie slam



Au courant d’air café

Un soir on m’a invitée à slamer au courant d’air café. J’y allais régulièrement pour pas dire souvent, j’guettais l’heure pour pas louper l’tram mais j’voulais absolument voir c’qui s’trame … et puis merde ! J’m'en fous d’me pieuter tard le soir même s’il faut rentrer à pied !

J’suis v’nue, j’ai vu et depuis j’y adhère ! Je sers des vers en écoutant des airs ressemblant à ceux de Prévers et après certains concerts j’ai le droit à mon moment de créativité. Au courant d’air café, j’ai été accueillie à bras ouverts et quand j’y vais c’est de bon cœur car dans ce p’tit bar on y est solidaire, y a des gens qui m’apprécie et j’sais que c’est sincère !

Au courant d’air café j’y ai rencontré des gens bien pensants, accueillants, pas avares de compliments, des gens attachants, oui bien sur que j’ai eu quelques blessures mais j’aurais écouté mon cœur inlassablement. J’ai fait connaissance par enchantement de gens au notes de musique … j’en ai des souvenirs magiques ! Mumu rappelles toi le pianiste ! Aaaaaaaaaaah le pianiste ! J’ai revu aussi l’accordéoniste et au fur et à mesure j’ai connu une nouvelle Louéna sur la piste !

16358cafebon.jpg

 

De l’autre coté du comptoir, j’y ai vu des déboires qui m’ont inspirée. On m’a surprise en train d’écrire le fond de mes pensées, on m’a proposé des tas d’idées et j’en ai été flattée. J’ai croisé pas mal de gens qui m’ont conseillée pour mieux slamer. Ma modestie peut-être même ma timidité m’ont pas vraiment aidée à avancer jusqu’à c’que j’dise : « Amid ! A l’aide ! Amen ! »

Plusieurs fois j’ai voulu remercie celle qui m’a laissé entrer dans son Coeur et dans son café mais j’avais jamais les mots ou des mots tremblants, des mots dansants … des mots absents. Alors j’ai pensé que la meilleure façon c’était de coucher sur le papier tout ce dont j’ai envie de lui parler.

Quand j’sors de ton café, j’ai la tête pleine de projets, j’suis comme enchantée et mes tracas se sont envolés. Chez Mumu, j’sais pas vous, mais j’m'y sens bien, on voudrait presque y rester jusqu’au p’tit matin et quand on s’en va on a envie d’lui dire : « A demain ! »

Galère

Samedi au concours à la Casa d’Oli, Ypnova qui animait nous a lancé un défi : participer au concours avec un appel aux mots. Le but, demander au public 10 mots, et puis un thème. Et avec tout ca, nous slameurs, on buche !

Les 10 mots étaient : route – bitume – football – plaisir -  vie actuelle – ça rime – ça rime pas – champion – avoir – couronne.

Le thème : la galère.

En plein resto, (bah vi passe que ça se déroulait dans un resto), je m’isole écouteurs sur les oreilles, « papier, stylo, ça y est tout est en place », et je buche, modissant Ypno d’avoir fait un appel aux mots car je n’y suis pas du tout habituée. Je relève quand meme le défi :

Fils d’immigré avais-je le choix ?

Trimer ou rester dans la bonne voie ?

Si tu tombes le genoux

A terre tu te bas ou on t’enfonce la gueule dans l’bitume et on t’enterre !

Marches ou crève, pour mieux te canarder on t’ouvres les bras

Et chez moi ça, ça rime pas !

 

Avec des parents trop terre à terre, moi j’prenais plaisir à rêver ma vie rêvée.

Sur la route des acharnés, j’ai rencontré des célébrités

Du football et j’me suis armé

Pour devenir comme eux champion

Et pas le roi des cons, non

Pas comme ceux qui font ça pour qu’ça rime

Ou pour la frime !

 

Sur la route de la vie actuelle,

J’ai rencontré une femme sensuelle.

J’lui parlais d’avoir tel

Ou tel truc, elle m’a apprit à être.

Grâce à elle j’suis arrivée

A vivre ma vie rêvée,

Et rien qu’pour ça, moi j’la couronne

Et même si elle a pas toujours été tendre, moi j’lui pardonne !

 

18.09.2010

Bon, après 20-25 min de buchage lol, j’ai pas gagné le concours, mais tampis, y en aura d’autres et puis au moins, j’ai relevé le défi !

Protégé : En douce

Cet article est protégé par un mot de passe. Pour le lire, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Funambule

Je marche sur un fil au milieu de la foule. Faire gaffe à na pas tomber ni même trébucher. Tu n’as pas le droit à l’erreur ou tu morfles et tu meurs.

Je veux marcher droit mais on me ballotte comme le mistral qui souffle trop fort. Mettre des tuteurs pour avoir un chemin en pointillé comme tracé et le suivre … du moins essayer.

Je marche sur des oeufs, j’entends ici et là des bruits de craquelure, j’espère que le sol ne va pas s’effondrer sous le poid de ma crainte … de vous faire confiance.

J’aimerais pouvoir marcher vers vous avec assurance, mais comment y arriver si vous titubez ? Quand vous avancez vers moi je recule. Attrapez-moi si vous le pouvez et ne vous en plaignez pas, je suis le reflet d’un certain passé. Adam et Eve nous l’on déjà prouvé : la pomme était bien empoisonnée.

Marches vers moi sans me bousculer et fais une pause sur le trajet pour désamorcer les bombes. Prouves encore et encore qu’avec toi je peux marcher droit sans me faire balloter. « Et marche doucement, parce que tu marches sur mes rêves » (Grand Corps Malade)

Je marche au milieu d’une foule comme sur un fil. Faire attention où poser les pieds, ne pas tomber ni même trébucher.

Enfermez-les

Image de prévisualisation YouTube

Clip vidéo : Zazie, « Larsen »

Enfermez-les dans un asile pour gagas, pas dans un asile de fous non ! Même ensemble ils ne se rendront pas compte de leur connerie !

Enfermez-les qu’on arrête de nous faire souffrir. A chacun leur degrés de guignolerie, et faites-leur, puissance 1000 ce qu’ils nous ont fait subir ! A coup de vengeance, à coup de mesquineries, caressez-les dans le sens du poil tout doux, puis violement, arrachez-leur le coeur ! N’oubliez pas de prendre du plaisir mesdames, non n’oubliez surtout pas !

Ne vous demandez pas pourquoi, comment, ne vous posez aucune question. Une fois de plus, une fois de trop, une blessure de plus que je tente de soigner. Il y a des crimes sur la planète, ne vous posez aucune question, la réponse est dans la quantité, le degré de la connerie masculine. Tous les mêmes, tous des loups, des voraces. Exception ? Vous pouvez répéter, j’ai pas bien compris le mot que vous venez de prononcer ?! Excep…pardon ?? Non pas trouvé, existe-t-elle vraiment cette exception ?? Je ne cherche plus, qu’elle vienne à moi, qu’elle montre patte blanche et non sa gueule de fouine enfarinée !

Enfermez-les, avec les dingues mêlez-les ! Et fermez la !! Bâillonnez-les, on en a assez entendu, leur réponses à nos pourquoi ne justifient pas leurs actes ! De leur cavité buccale ne sort que mensonges et traitrise ! Arrêtez-les ! Enfermez-les, fermez bien la porte à triple tour et détruisez la clef ! Ou reformatez-les !! Ne nous mêlez plus à eux, j’veux du rose et non du noir, j’veux de la prose et non un truc bancal où m’asseoir !!

En attendant la construction du building à gagas, je me cloitre dans ma bulle où les joues mouillées n’existent pas, où les notes de musique volent et m’enchantent. Homme, ne poses pas tes yeux sur moi ou je gerbe mon coeur à tes pieds. Laisse-moi dans ma bulle, laisse-moi chanter. Je ne compte que sur les doigts d’une main, celles et ceux qui me font du bien. Et si tu as la chance d’y entrer, le laissé-passé … je t’en prie, laisse moi chanter ou je t’enferme à jamais.

 

chaussures.jpg

 

 

Détresse

Toute ma vie j’ai crié à l’injustice ! Qu’ai-je fais pour que Dieu m’inflige un tel supplice ? Regardez-la ! Elle vit scotchée à moi ! Comment a-t-elle pu naître de mes entrailles ? Mais où est la faille ? Comme le décalage horaire de Mexico à Tokyo, elle devrait être au collège alors qu’elle sait à peine lire et écrire ! Je l’aime, comme la prunelle de mes yeux, comme les étoiles et les cieux, comme le soleil et à la lune, l’encre et la plume … Ca me hante.

Toute ma vie j’ai crié à l’injustice ! Qu’ai-je fais à Dieu pour qu’il m’inflige un tel supplice ? Quand elle est née, oh beau bébé ! J’ai tout de suite pensé qu’elle était une merveille ! Je veillais sur elle pendant son sommeil, et encore aujourd’hui j’ai de la peine quand j’entends sa sœur, à respirer qui peine ! Ca me hante !

Une mère ne doit pas être pour ses enfants un supplice. Envers la mienne je crie à l’injustice !! Comment, as-tu pu m’élever sans aucun sentiment ?? Avec toi riment incompréhension, disputes et de ta part aucune compassion ! Comme le décalage kilométrique entre Tokyo et Mexico je suis aussi loin de toi que je suis proche de papa ! Même avec toute ma volonté je ne pourrai jamais réaliser mon souhait ! Et ça aussi ça me hante !!

Ils me crient tous à l’injustice, me demandent tous pourquoi ainsi est leur supplice, et moi par politesse, je les écoute me parler de leur faiblesses. Mais qui … qui se soucie de moi ? Qui marche à coté de moi ? Foutez-moi la paix ! Si vous saviez … c’que ça me hante !!!

Et toi, spectatrice de ma dépendance, tu m’as vu dans ma souffrance autant désemparée que pleine de volonté ! A ta place, aurais-je tenu bon la barre ? Tu aurais pu me mettre au placard, m’envoyer valser et me laisser couler. Mon amie ma complice, à travers toi j’ai compris quel était ton supplice. Même à coté de la plaque, à coups de discussions tu m’as foutue des claques ! Fidèle à notre amitié, pour m’aider tu t’es bougée. Telles tes nièces, mes filles tu les aimes et j’ai pas su te rendre la monnaie de ta pièce … Et ça me hante !

Après avoir crié à l’injustice, imploré Dieu d’alléger mes supplices, je suis désormais résignée à te faire honneur et non horreur même si je sais que ça ne sera pas tous les jours rose barbie, je m’accroche à la vie et ça … héhé ça me chante !

Guitare : moi-même. Merci Kamel pour ton coup de pouce emoticone

Au marché.mp3

Un texte, un bruit de fond, et puis un montage et le tour est joué !

Bonne écoute !

olivesaumarchedetoulonp1040238.jpg

Au marché

J’me suis habillée comme un sac !

Je porte des basques

Une casquette

Un survet’

Et ils trouvent encore le moyen de me dire : « (sifflement) T’as d’beaux yeux ! »

Hey ! Avant de m’demander du feu

Apprend plutôt à m’aborder Gary

Avec respect et courtoisie !

J’ai des odeurs épicées

Plein le nez

De partout ça grouille

Et j’sens que j’vais partir en couille !

« Allô ! Allô ! Allô ! »

Continues comme ça et c’est moi qui vais t’fouttre à l’eau !

Il m’a prise pour une cabine téléphonique ?!

Face à mon indifférence, le mec est en panique .

Reste zen Emy, respires

Voilà inspire … expires.

J’me cogne, on me bouscule,

Dans ces petites rues pas moyen que je recule !

« Cerises ! Pas cher ! Cerises ! »

Elles ont l’air exquises !

« Cerises ! Pas cher Mademoiselle ! Voulez goûter ? »

Pour mon plaisir, j’me laisse tenter

Sous mes papilles,

Ca pique … et ça frétille !

Et l’autre en profite d’un ton mielleux :

« Vous avez de beaux yeux ! »

J’vous rappelle quand même que je porte un survet’

Une casquette,

Et des basques !

J’suis habillée comme un sac !

D’ailleurs, j’ai tout dans mes poches

C’est vrai, avec un sac à main ça ferait moche

Fringuée comme je suis

Quoi qu’ils me trouveraient encore jolie !

Dans cet accoutrement,

Je tente de faire mes courses pendant qu’on me drague ouvertement.

Messieurs, si vous êtes à ce point morts de faim,

Sachez que je ne mange pas de ce pain.

Si en vous abordant j’vous disais : « Lapin ! Ouai ! Clik clik ! »

Je crois

Que tout comme moi,

Vous me diriez de revoir le contenu de ma recette

Avant de faire mes emplettes.

Alors réfléchissez bien

Avant de nous tendre la main !

Slamarseille déboule sur Facebook

C’est décidé ! J’entre dans l’asso Slamarseille ! emoticone

J’vais aidé les membres a récolter les dates des soirées slam du mois à venir et après discution, on a créé un groupe sur Facebook afin de les afficher semaines après semaines.

facebookpublicite.jpg

Bientôt j’vais animer des soirées moi aussi ! emoticone

On vous attend sur Facebook, et n’hésitez pas à nous faire un coucou sur notre mur (que je saches qui de vous est venu lol), exprimez-vous, c’est fait pour ca !

Merci encore pour votre fidélité sur mon blog ! J’vous adore tous et toutes !

Des bibis par milliers !

C’est pas moi, c’est ma cop’s

qui l’a écrit :

« Y’a des jours comme ça … ou rien ne va …
harmonie vous avez dit moi … je ne le suis pas avec moi meme !! c’est dingue ça …
on m’envie … Moi je m’en veux !!! de quoi  pourquoi dites moi …
je sais pas c’est pas, c’est triste pour moi … »

 

A vos comm’s ! Si vous voulez bien dire c’que vous en pensez :) Merci par avance pour elle emoticone

Bisous les tits loups !

1...345678

MON GROUPE DE SLAM FACEBOOK :

Sélectionnez le lien, copiez-le :

https://www.facebook.com/groups/Louenaslams/280372088690395/?notif_t=like

Et collez-le dans une nouvelle fenêtre pour pas perdre la page du blog :)

N'hésitez pas ! Demandez à rejoindre le groupe ! Je vous acceuille avec plaisir ! Un clic ne coûte rien ;) Bonne visite !!

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

« C’est pas parce qu’on a rien à dire qu’on va fermer nos gueules » slamarseille

Vous devez être connecté à votre compte pour me contacter


Hanitra |
pas d'histoires entre nous |
journal de la guenon du bou... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | meslivrespreferees
| sandys6
| Because the words are my life